Rugby finale EAG

22/03/2016 17:59

Samedi, sur le pré Supaérien, le XV des peintres nous a offert un moment de sport comme on en vit rarement.
Opposés à l'ENSMA en finale du tournoi, équipe qui les avait battus la veille, ils ont été les acteurs d'un match au scénario incroyable.
En première mi-temps, contre le vent, ils firent preuve d'une envie à la hauteur de l'événement... Ils pilonèrent la ligne d'essai adverse pendant de longues minutes, se voyant même refuser deux essais, mais ne parvinrent finalement pas à marquer le moindre point. Score à la mi-temps: 0-0, a priori une assez bonne opération compte tenu du vent soufflant contre nos héros du jour.
Au retour du vestiaire, la stratégie de nos peintres touffus était claire: profiter du vent pour occuper le terrain adverse. Cependant, ils se prirent à leur propre jeu en ne jouant pas assez à la main. Résultat, ils ne récoltèrent pas de pénalité tentable et durent faire face aux assauts des gars du Poitou. Ces derniers jouaient crânement leur chance. Sûrement surpris en première période par le retour des 4A toulousains absents la veille, ils devinrent plus conquérants lors des 20 dernières minutes. A force de défendre, nos supaériens se mirent à comettre des fautes, il est vrai peu aidés par un arbitre ayant plus tendance à siffler en faveur des visiteurs que des locaux...
Réalistes au pied, les ENSMA se retrouvaient à mener 6-0 à 5 minutes de la fin, et, compte tenu du scénario du match, les spectateurs autour du stade pensaient que le match était plié. En effet, Supaéro ne se montrait pas assez réaliste, bouffant des deux voire des trois contre un lorsqu'ils réussissaient à trouver la faille dans la défense adverse.
Mais ils luttèrent jusqu'au bout et, à la dernière minute de ce match haletant, ils jouaient dans le camp adverse, montrant enfin ce dont ils sont capables balle en main.
Sur une action où la défense de l'ENSMA était au plus mal, dans ses 22 mètres, le président et numéro 10 Tom Canal recevait la balle avec à sa gauche un énorme surnombre à jouer pour, qui sait, aller chercher la victoire. Mais il chosit l'option du jeu au pied pour son ailier... Au moment où son crampon toucha le cuir, tout le monde crut à une erreur de lucidité due à la fatigue, et qui allait nous coûter la victoire.... Mais c'était sans compter sur la dextérité de Marc Pech, positionné à l'aile pour cette finale, qui contrôla la gonfle et s'en alla dans l'en but aplatir le seul essai du match, à la dernière seconde de la rencontre. Le score est alors de 6-5 pour l'ENSMA, transformation à suivre...
Un peu excentré sur la gauche des poteaux, Canal se voit donnée la lourde tâche de passer la transformation de la gagne... Reculé sur la ligne des 22 pour s'ouvir l'angle au maximum, le numéro 10 prend son élan, sous les sifflets des supporters de l'ENSMA et la montée des joueurs adverses cherchant à le contrer, et ne tremble pas. Le ballon passe entre les poteaux et l'arbitre siffle la fin du match sur cette victoire à l'arrachée d'un XV des peintres accrocheur et, disons-le, héroïque.
L'envahissement du terrain par les supporters et les remplaçants lorsque le ballon passsa entre les poteaux témoigne du scénario extraordinaire de cette finale, qui nous aura fait vibrer, stresser, s'énerver, pour finalement exploser de joie au coup de sifflet final.
Félicitations au XV des peintres, qui se voit aujourd'hui couronné du titre de champion d'Europe !